Actus

9 inculpés pour sabotages de caténaires SNCF

On leur reproche d’être les auteurs des sabotages de caténaires de lignes SNCF (non prouvés), d’avoir participé à des violences contre les flics à l’occasion de manifestations comme Vichy, contre-sommets en tous genres, manifs anti-CPE (non prouvées), et d’être les auteurs de « L’insurrection qui vient », un petit bouquin en vente libre depuis 2007 aux éditions La Fabrique, qui appelle soi-disant au terrorisme (interprétation délirante)

Vous avez sûrement entendu parler des neuf inculpés pour sabotages de caténaires SNCF. Il se trouve que ces gens sont nos voisins, que ce ne sont bien évidemment pas des terroristes et qu’avec de nombreuses personnes du plateau de Millevaches, nous avons mis en place un comité de soutien. Nous sommes tous ici est très touchés par cette affaire, ces gens ne vivent pas en clandestinité, ils ont des vies, des enfants pour certains, ils ont fait revivre un village moribond en rachetant l’épicerie et le bar, en organisant des concerts, des projections, en allant livrer la bouffe aux petits vieux… Leur seul tort est de vivre et de penser différemment.

On leur reproche d’être les auteurs des sabotages de caténaires de lignes SNCF (non prouvés), d’avoir participé à des violences contre les flics à l’occasion de manifestations comme Vichy, contre-sommets en tous genres, manifs anti-CPE (non prouvées), et d’être les auteurs de « L’insurrection qui vient », un petit bouquin en vente libre depuis 2007 aux éditions La Fabrique, qui appelle soi-disant au terrorisme (interprétation délirante).

Comme le dit leur avocate, l’inculpation de terrorisme est complètement hors de proportion au regard des faits qui leur sont reprochés. En temps normal, ils devraient relever au maximum de « dégradations en réunion ». Avec l’application des lois anti-terroristes, ils tombent sous le coup de la loi d’exception. L’un d’entre eux risque vingt ans de prison. La plupart sont inculpés pour « Association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », un motif d’inculpation très flou, qui permet de qualifier de terrorisme tout et n’importe quoi. Pas besoin de preuve matérielle, on peut être condamné non pas pour des faits qu’on a commis, mais pour ceux que l’on pourrait éventuellement commettre. Tout cet arsenal juridique a été maintes fois dénoncé par les associations de défense des droits de l’homme et par le syndicat de la magistrature.

Nous avons très peu de moyens, le soutien est fort ici sur le plateau mais la machine en marche en face est très puissante. Comme vous avez pu le constater, le traitement médiatique de l’affaire a été particulièrement détestable. Les médias, abreuvés aux sources policières, ont piétiné la présomption d’innocence, usant des méthodes dégueulasses qu’on leur connaît. Cinq d’entre eux sont en détention provisoire, la procédure risque d’être longue et les peines encourues sont très lourdes. Les avocats sont pessimistes, malgré l’absence de preuves. Le gouvernement veut faire un exemple et les juges ont été bien choisis. Le déroulement de l’instruction est lié aux réactions de la société civile. Comme le dit très bien la pétition, cette affaire est éminemment politique. Si elle « passe » sans réactions, cela marquera une étape décisive dans la criminalisation de la contestation. Tout cela augure bien de ce que risque d’arriver à ceux qui pensent et vivent différemment pour les années à venir.

Ce que vous pouvez faire dès aujourd’hui :

- en parler autour de vous

- faire circuler la pétition disponible sur le site http://www.soutien11novembre.org en envoyant un mail avec votre nom et votre profession a l’adresse : petition.tarnac@gmail.com

- participer ou adhérer aux comités de soutien. Outre celui du plateau, des comités se montent à Nancy, Paris, Rouen, Toulouse, Tulle, Limoges, Bruxelles. Toutes les compétences sont les bienvenues.

- faire un don qui servira à payer les frais de justice, subvenir aux besoins des inculpés en détention, et à financer les actions du comité de soutien. Adressez vos chèques libellés à l’ordre du “Comité de soutien aux inculpés de Tarnac” à l’adresse suivante :

Comité de soutien aux inculpés de Tarnac, le bourg, 19170 Tarnac.


Sorcière , le 27/11/2008 (dernière modif : 27/11/2008)